Tunisia and the Organization of the Islamic Conference

Les repères les plus importants dans la relation de la Tunisie avec l'OCI

La Tunisie est l’un des membres fondateurs de l’Organisation de la Conférence Islamique(O.C.I), créée au lendemain de l’incendie déclenché dans la Mosquée d’Al-Aqsa, en 1969. Au cours de la même année, la Tunisie adhérait à cette organisation et prenait part à toutes ses activités, à tous les niveaux. C’est l’un des principaux pays qui,  a donné à l’action islamique commune l’impulsion, le soutien et l’appui qu’elle mérite.

La diplomatie tunisienne est parvenue à renforcer sa participation à toutes les réunions et à toutes les rencontres islamiques, qu’il s’agisse de celles concernant la consolidation des liens de fraternité et de solidarité entre tous les Etats islamiques et le règlement des litiges par des moyens pacifiques, ou de celles visant à donner au monde extérieur une image de l’Islam conforme à sa réalité faite de sacralité, de vénération et de rayonnement, et à le blanchir de toutes les taches qui lui ont été accolées, à mettre en relief les nobles valeurs qu’il prône, en tant que religion de la tolérance, de la modération et du juste milieu rejetant la division, l’exclusion et le fanatisme.

L’attention de notre pays s’est, également, portée sur le renforcement de la coopération islamique sur tous les plans, économique, commercial, scientifique, culturel, éducatif et dans le domaine de l’information, et ce, en liaison étroite avec le Secrétariat général et les structures spécialisés de l’Organisation, ainsi qu’avec les institutions qui en sont issues ou qui lui sont rattachées.

La Tunisie a présidé, entre 1979 et 1984, l’Organisation. Elle a été l’un des pays fondateurs de nombre d’organes et de structures spécialisés au sein de l’Organisation.

Elle préside l’Académie de droit musulman depuis  1984.

Elle est également l’un des pays fondateurs du Fonds de solidarité islamique qui a participé au financement de nombreux projets religieux, éducatifs et sociaux en Tunisie (achèvement de la construction de l’université Ez-Zitouna, construction de nombreuses mosquées et d’institutions éducatives).

Elle est l’un des Etats fondateurs de la Banque Islamique de Développement (1973), qui est l’un de ses plus importants partenaires financiers, ayant accordé à notre pays, jusqu’à fin 2003, des prêts de plus d’un milliard de dollars. Dans le cadre de la promotion de son secteur privé, la Tunisie a signé, le 3 novembre 1999  à Jeddah, la convention portant création de l’Institution islamique de promotion du secteur privé.

Elle fait partie de plusieurs commissions spécialisées de l’OCI: la commission pour l’Afghanistan, le groupe de liaison avec la Bosnie-Herzégovine, la commission des Etats du Sahel africain et la commission de la Déclaration mondiale pour le dialogue des civilisations.

La marche de la coopération entre la Tunisie et l'OCI

 

Sur le plan politique, la Tunisie a fondé ses actions sur les éléments suivants :

  • Veiller à ce que l’Organisation soit toujours attachée à l’esprit de modération et de tolérance de l’Islam.
  • Adopter une démarche rationnelle et pondérée dans le traitement des problèmes politiques qui se posent sur la scène islamique.
  • Eviter le discours conflictuel et consacrer la logique du dialogue dans le traitement des problèmes des minorités musulmanes et la défense de leurs intérêts.
  • Adopter un style modéré pour aborder les divers problèmes et servir les intérêts des Etats islamiques.
  • Œuvrer à améliorer l’image de l’Islam dans le monde.

Contribution de la Tunisie au traitement du terrorisme dans le cadre de l’OCI.

  • La Tunisie joue, depuis le début des années 1990, un rôle essentiel dans la genèse de l’idée de l’établissement, pour les pays membres de l’OCI, d’une charte d’éthique pour la lutte conte le terrorisme international, en vue de son adoption officielle à l’occasion du VIIe Sommet islamique à Casablanca (décembre 1994).
  • La Tunisie a signé la convention de l’OCI pour la lutte contre le terrorisme, le 11 novembre 2000, et l’a ratifiée au mois de mars 2002. Après sa ratification par le Royaume du Bahreïn, le 7 octobre 2002, le quorum a été atteint et la convention est entrée en vigueur le 7 novembre 2002.
  • Les efforts actuels de la Tunisie pour mobiliser l’appui des Etats islamiques, à l’initiative du Président de la République, concernant l’établissement d’une charte d’éthique internationale pour la lutte contre le terrorisme, à l’instar de la charte d’éthique adoptée par l’OCI.
  • Une résolution appuyant cette initiative a été proclamée, à l’occasion de la 30e session des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’OCI (Téhéran, 29-30 mai 2003).

Contribution de la Tunisie au dialogue entre les civilisations.

  • La Tunisie a participé à tous les colloques internationaux et aux manifestations culturelles ayant pour thème le dialogue entre les civilisations. On peut en citer la conférence islamique sur le dialogue entre les civilisations, réunie à Téhéran du 3 au 5 mai 1999, et le colloque d’Istanbul pour le dialogue entre les civilisations (11 et 12 février 2002).
  • La Tunisie a organisé, les 12 et 13 novembre 2001, un colloque international sur le thème : « Le dialogue des civilisations : la théorisation et la mise en pratique », et a publié l’« Appel de Tunis » qui souligne l’importance du dialogue, de la diversité culturelle de  la multiplicité civilisationnelle et la nécessité de les renforcer.
  • La Tunisie a organisé, du 15 au 17 avril 2003, en collaboration avec le Secrétariat général de l’OCI, une conférence internationale sur « l’Islam et la paix ». A l’issue de cette manifestation a été proclamée la Déclaration de Tunis pour la paix  qui a appelé à la création du Forum de Tunis pour la paix aux fins de consacrer les valeurs de la paix dans le monde et en vue de contribuer à la diffusion et à l’enracinement de ces valeurs dans la pratique.
  • Colloque international sur: Le rôle de l'ISLAM et de la chrétienté dans l'edification de la concorde, Tunis 17-19 février 2004
  • La réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OCI a pris, lors de sa 31ème session, une  résolution  concernant le Forum de Tunis sur la paix qui comporte :
    • Une haute appréciation des nobles significations contenues dans la Déclaration de Tunis pour la paix et un accueil favorable de l’appel adressé au gouvernement tunisien, à mettre sur pied le Forum de Tunis pour la paix en collaboration avec le Secrétariat général de l’OCI;
    • Un appel aux Etats membres pour une participation active aux activités du Forum.

Sur le plan économique :

Pendant les dernières années, un changement qualitatif s’est opéré dans la coopération avec l’OCI et ses organes spécialisés. La Banque Islamique de Développement a poursuivi son appui et son soutien aux divers projets de développement dans le domaine du commerce extérieur. Depuis sa création, en 1974, jusqu’à aujourd’hui, elle a accordé à notre pays 1,4 milliard de dollars sous forme de crédits.

Parallèlement, la Tunisie a signé, le 3 novembre 1999, à Jeddah, la convention de création de l’Institution islamique de développement du secteur privé dont l’objectif est d’assurer la promotion du développement économique des Etats membres de la Banque islamique de développement en y encourageant la création, l’extension et la modernisation de projets dans le secteur privé, conformément aux préceptes de la loi islamique. La Tunisie détient une participation de 38 parts d’une valeur de 380000 dollars US.

Sur le plan économique, l’action de la Tunisie au sein de l’OCI s’est caractérisée par les éléments suivants :

  • Renforcement du Fonds de solidarité islamique afin qu’il puisse mener son action et consacrer l’esprit de fraternité et de solidarité, notamment, avec les pays les moins avancés. La Tunisie a bénéficié du financement par ce Fonds de certains projets.
  • Encouragement de la création de zones de libre-échange bilatérales ou multilatérales, lesquelles constituent des pas positifs vers la création d’un marché commun islamique.

Les financements octroyés par la Banque islamique de développement à la Tunisie

La Banque islamique de développement est considérée comme l’un des plus importants partenaires financiers de la Tunisie. Les financements octroyés à la Tunisie se sont élevés, jusqu’à fin 2003, à un total de 1400 millions de dinars tunisiens répartis comme suit :

  • 450 millions de dinars : projets de développement.
  • 950 millions de dinars : commerce extérieur.

Opérations financées par la Banque en 2002 et 2003 :

  • 4 prêts de financement de projets commerciaux, signés le 29 février 2002, d’un montant de 26 millions de dollars.
  • Projet de gestion du réseau électrique, signé le 22.4.2003 d’un montant de 29 millions de dollars.
  • Ligne de financement au profit de trois banques tunisiennes pour un montant de 30 millions d’Euros, signée le 4 juillet 2003.
  • Projet d’acquisition d’équipements au profit d’institutions hospitalières, signé le 2 novembre 2003, d’un montant de 30 millions de dollars.
  • Signature, le 11 novembre 2003, de cinq conventions au profit de trois sociétés industrielles tunisiennes pour le développement de leur capacité de production, d’un montant de 39 millions de dollars U.S.

Coopération technique avec la Banque Islamique de Développement en Afrique

Portant la marque de la continuité et de la globalité dans tous les domaines d’intervention de l’Agence tunisienne de coopération technique, la coopération technique avec la Banque Islamique de Développement occupe une place importante. Depuis les années1990, cette coopération se poursuit dans de nombreux domaines, tels que le secteur financier et bancaire, la planification, le suivi des projets, l’agriculture, la santé, l’environnement, la cartographie et la topographie, ainsi que dans les domaines de l’éducation et de la formation. Des experts tunisiens ont été envoyés dans des pays africains et des cadres de ces pays ont été formés en Tunisie. Les pays africains francophones constituent la majorité des pays qui bénéficient de cette coopération.

En outre, l’Agence assure le suivi des dossiers d’étudiants africains boursiers de la Banque islamique, inscrits dans les universités tunisiennes.

Coopération technique avec l’ISESCO en Afrique

La coopération avec l’ISESCO consiste, notamment, en l’organisation d’ateliers de travail régionaux au profit de pays membres, surtout arabes et africains, dans de multiples domaines comme la culture, l’éradication de l’analphabétisme, la planification et les programmes d’enseignement, la préservation de l’environnement, la conservation des ressources naturelles, la promotion de la femme, la sauvegarde du patrimoine.

Les initiatives et les actions tunisiennes les plus importantes au sein de l'organisation

Proposition d’établissement, à l’intention des Etats membres, d’une charte de conduite au sujet de la lutte contre le terrorisme international, charte, faut-il le rappeler, qui a été adoptée en décembre 1994.

  • Soutien de l’appel lancé par la Tunisie aux fins de soutenir le Fonds mondial de solidarité.
  • Accueil favorable réservé aux multiples initiatives de la Tunisie dans le domaine du dialogue des civilisations (organisation de colloques et création d’une chaire universitaire pour le dialogue des civilisations).
  • Soutien à la création du Forum de Tunis pour la paix.
  • Appui de l’OCI apporté à la Tunisie pour qu’elle abrite le Sommet mondial sur la société de l’information en 2005 et la participation active de ses membres à ses travaux.
  • Organisation, en collaboration avec l’ISESCO, d’une conférence internationale sur le thème « l’Islam et la solidarité ».

Résolutions relatives à la Tunisie prises par la 31ème session des Ministres des Affaires étrangères de l'OCI

La 31ème session des ministres des Affaires étrangères de l’OCI, réunie à Istanbul en juin 2004, a adopté toutes les résolutions proposées par la Tunisie et qui concernent les sujets suivants :

  • Fonds mondial de solidarité et de lutte contre la pauvreté : Renouvellement de l’appel aux pays membres à agir en vue de renforcer les ressources financières nécessaires à la réalisation des objectifs du Fonds et d’inciter la société civile, le secteur privé et les particuliers à apporter une contribution effective au financement de ce fonds.
  • Sommet mondial sur la société de l’information : Importance primordiale accordée, avec une insistance particulière, au rôle du secteur privé et de la société civile dans l’établissement de scenario et la définition claire de solutions pour réduire la fracture numérique ; appel aux pays membres à faire du Sommet de Tunis une étape importante dans l’édification d’une société d’information équilibrée et égalitaire, et à couronner cette manifestation à la fois par une déclaration ayant un contenu politique et une dimension de solidarité et par l’établissement de mécanismes et d’outils pratiques pour la mise sur pied d’un partenariat régional et international dans le domaine numérique.
  • Forum de Tunis pour la paix.La résolution réitère l’appel au gouvernement tunisien à créer ce forum destiné à devenir un espace intellectuel et civilisationnel s’occupant de l’observation des efforts déployés pour consacrer les valeurs de paix et de tolérance.
  • Projet du nouvel édifice de l’Université Ez-Zitouna.
  • Appel aux pays membres de l’O.C.I., à la Banque islamique et aux institutions islamiques à soutenir la réalisation de ce projet.

Newsletter Subscription