Ministère des Affaires étrangères Tunisien http://www.diplomatie.gov.tn/ République Tunisienne Ministère des affaires étrangères en-gb TYPO3 News Sun, 19 Jan 2020 05:43:44 +0000 Sun, 19 Jan 2020 05:43:44 +0000 MAE site web news-1709 Mon, 13 Jan 2020 10:31:00 +0000 Le dossier libyen au centre d’une rencontre Saïed-Di Maio /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1709&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=e1567b4955391d7d36351b2d8b366c25 Le président de la République Kaïs Saïed a reçu, lundi, au palais de Carthage, le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di Maio, en visite officielle à Tunis. A cette occasion, le chef de l’Etat s’est félicité du niveau " excellent " atteint par la coopération bilatérale dans divers domaines, réaffirmant l’engagement de la Tunisie à développer ce partenariat.
Cité dans un communiqué de la présidence de la République, Kaïs Saïed a salué le soutien apporté par l’Italie à la Tunisie dans son processus de transition démocratique.
" L’Italie appuie les efforts de la Tunisie en matière de lutte contre le terrorisme, le crime organisé et l’émigration irrégulière ", a-t-il affirmé.
Sur un autre plan, le chef de l’Etat a dit saluer l’invitation qui lui a été adressée par le président italien Sergio Mattarella pour visiter Rome, assurant qu’il se rendra en Italie dans les plus brefs délais.
Evoquant le dossier libyen, Kaïs Saïed a réitéré la position de la Tunisie en faveur d’un règlement pacifique et rapide de la crise libyenne à travers l’engagement d’un dialogue interlibyen sous les auspices des Nations unies.
" La Tunisie se félicite de l'annonce d'un cessez-le-feu en Libye ", a-t-il affirmé, assurant que le pays va continuer à jouer un rôle positif pour rapprocher les vues entre les différents protagonistes libyens.
Et d’ajouter ; La poursuite de la crise libyenne aura un impact négatif non seulement sur la région entière mais également sur les intérêts des pays amis.
De son côté, le ministre italien des Affaires étrangères, a mis en avant le rôle central de la Tunisie dans la résolution de la crise libyenne, saluant l’initiative du président de la République de rassembler les représentants des tribus et de la société civile libyenne en Tunisie.
" Il n’y aura pas de stabilité en Libye sans l’implication des pays voisins dont la Tunisie ", a-t-il dit, soulignant la nécessité d’associer la Tunisie à la conférence de Berlin sur la Libye.
Luigi Di Maio a souligné la volonté de son pays de renforcer la coopération avec la Tunisie, annonçant, à ce propos, l’élaboration de projets pour promouvoir l’investissement et créer des postes d’emploi pour les jeunes Tunisiens.

]]>
news-1702 Sat, 11 Jan 2020 22:13:21 +0000 Le ministre italien des Affaires étrangères en visite officielle à Tunis, lundi prochain /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1702&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=eb6210dbd2ae8c56cab98911a3ca6296 Le ministre italien des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Luigi Di Maio, effectuera, lundi prochain, une visite officielle en Tunisie "pour un échange de vues sur les questions régionales et internationales d'intérêt commun, notamment les développements de la situation en Libye".
Cette visite "s'inscrit dans le cadre du renforcement des relations de coopération et de concertation entre la Tunisie et L'Italie dans divers domaines", indique un communiqué du département des Affaires étrangères.
Elle sera également l'occasion de préparer les prochaines échéances bilatérales et le nouveau programme de coopération pour le développement et les investissements italiens en Tunisie

]]>
news-1697 Fri, 10 Jan 2020 17:26:00 +0000 Le ministre congolais des Affaires étrangères en visite de travail en Tunisie /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1697&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=13cac961f603aa63df1c674b68f86f86 Le ministre congolais des Affaires étrangères, de la Coopération et des Congolais de l'étranger, Jean-Claude Gakosso, effectue une visite de travail en Tunisie ce vendredi. Il est également président du Comité de haut niveau des chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union africaine sur la Libye.
Selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères, le chef de la diplomatie congolaise transmettra au chef de l'Etat, Kais Saied, un message du président de la République du Congo, Denis Sassou N’Guesso.
Cette visite sera l'occasion d'examiner les moyens de promouvoir les relations de concertation et de coopération entre les deux pays amis et de les renforcer dans les différents domaines, souligne le communiqué.
L'accent sera également mis sur les efforts déployés aux niveaux régional et international pour trouver des solutions à la crise libyenne, rétablir le processus du règlement politique et éviter l'effusion de sang du peuple libyen frère tout en préservant l'unité et la souveraineté de la Libye, lit-on de même source.

]]>
news-1700 Fri, 10 Jan 2020 10:38:00 +0000 Intervenant dans un débat ouvert du Conseil de sécurité de l'ONU, la Tunisie appelle à l'activation de la Charte des Nations Unies /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1700&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=5b8db636b2f1ffbd76767e6e2993c7ff La Tunisie a participé, jeudi, au débat ouvert du Conseil de sécurité de l'ONU sur le "Maintien de la paix et de la sécurité et le respect de la Charte des Nations Unies", thème proposé par le Vietnam qui préside le Conseil de sécurité pour le mois de janvier 2020.

Intervenant dans le débat auquel a pris part, le Secrétaire général de l’ONU, Ant?nio Guterres, la Tunisie a souligné l'importance de la Charte de l'ONU qui célèbre cette année son 75e anniversaire. La Charte de l'ONU constitue une garantie pour la mission du Conseil de sécurité dans le maintien de la paix et de la sécurité et la prévention des conflits dans le monde, lit-on dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères rendu public vendredi.
La Tunisie a, dans ce sens, rappelé "son engagement ainsi que son attachement à la légitimité internationale et son respect à la Charte des Nations Unies en tant que principale constante de sa politique extérieure et dont les principes sont une source d'inspiration dans sa législation".
La Tunisie a, aussi, appelé à la nécessité de revenir à la mise en œuvre des premiers objectifs de la Charte et d'activer ses dispositions pour renforcer la sécurité et la stabilité et prévenir le déclenchement des conflits, notamment face aux défis actuels dans le monde (lutte contre le terrorisme et l'extrémisme violent, changements climatiques, cybercriminalité....).
Et de souligner "l'importance d'élargir et de consolider la coopération entre le Conseil de sécurité et les organisations régionales, telles que la Ligue des Etats arabes.
La Tunisie a également appelé à identifier les plans visant à maintenir la paix et la sécurité aux niveaux économique, social et des droits de l'Homme.
"La Tunisie s'engage, en tant que membre non permanent pour la 4e fois au Conseil de sécurité, à poursuivre les efforts visant à consolider les attributs de la paix et de la sécurité, renforcer le rôle de la diplomatie préventive et multilatérale et consacrer le dialogue et les négociations pacifiques pour régler les crises", ajoute le communiqué.
La Tunisie a, aussi, réaffirmé "son soutien aux causes justes, dont au premier plan la cause palestinienne".

]]>
news-1689 Wed, 08 Jan 2020 06:58:00 +0000 Réunion de coordination tuniso-onusienne pour discuter des préparatifs en prévision de tout afflux humain massif de Libye /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1689&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=4e77041be03062380416ee34c3dcad8e Une réunion de coordination tuniso-onusienne s'est tenue mercredi, sous la présidence du ministre des Affaires étrangères par intérim Sabri Bachtobji, consacrée à l'examen des préparatifs sur le terrain dans le cadre du plan d'urgence conjoint, en prévision de tout flux humain massif en provenance de Libye si la situation se détériore dans ce pays.

La réunion s'est déroulée en présence du Coordonnateur résident des Nations Unies en Tunisie Diego Zorrilla et des représentants du Haut-commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, de l'Organisation internationale pour les migrations, de l'UNICEF et de l'Organisation mondiale de la santé, ainsi que des représentants des ministères et structures tunisiens concernés.
Sabri Bachtobji a souligné au cours de cette réunion la nécessité d'accélérer le rythme des réunions de coordination entre toutes les structures et les parties concernées et d'assurer une bone préparation effective à toute répercussion humanitaire éventuelle de la détérioration de la situation sécuritaire en Libye.
A cet égard, il a souligné l'engagement du président de la République à préserver la sécurité nationale de la Tunisie et la dignité des demandeurs d'assistance et secours humanitaires, tout en leur assurant une couverture sociale et psychologique, dans le cadre des obligations internationales de la République tunisienne.
De leur côté, les représentants des structures internationales ont salué les efforts déployés par l'Etat tunisien à faire face à tout afflux massif en provenance du territoire libyen, soulignant la volonté de l'organisation des Nations Unies et de la communauté internationale de soutenir ces efforts et d'aider la Tunisie dans cette délicate situation régionale.
Le chef de l'Etat Kais Saied a souligné mercredi soir, en présidant la réunion du Conseil de sécurité nationale, que "tout indique que la situation en Libye est susceptible de connaître davantage de complication", mettant l'accent sur la nécessité que les préparatifs à l'échelle nationale en prévision de ces développements potentiels soient à la hauteur de l'évènement.
 

]]>
news-1677 Thu, 02 Jan 2020 08:58:00 +0000 Discours du représentant permanent de la République tunisienne auprès des Nations Unies /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1677&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=12855b0b0159cb840fc1ece78988bc4d news-1671 Thu, 26 Dec 2019 06:18:00 +0000 La présidence de la République nie toute intention d’entrer dans une quelconque coalition /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1671&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=9179b440e7be89139ca7f0baabc6b54d La présidence de la République nie toute intention d’entrer dans une quelconque coalition et refuse de se rallier à n’importe quelle alliance. " Le territoire national ne peut être que sous la souveraineté Tunisienne ", a assuré la présidence de la République dans un communiqué, dénonçant les " déclarations ", les " mauvaises interprétations " et les " allégations mensongères " qui se sont poursuivies depuis hier mercredi.
" Ces déclarations émanent soit d’un malentendu soit des mêmes sources qui ne cessent de mener des campagnes de dénigrement et de diffamation", précise la présidence de la République dans le même communiqué sans les citer.
Et d’avertir : toute position inverse émanant de la Tunisie ou de l’extérieur n’engage que son auteur.
D’après le communiqué, le chef de l’Etat est déterminé à préserver la souveraineté, l’indépendance et la liberté de décision de la Tunisie. Une détermination qui " ne peut en aucun cas faire l’objet de surenchères ou de débats ".
" Ces mensonges et ces campagnes de dénigrement ne peuvent en aucun cas détourner l’attention du peuple tunisien sur ses vrais problèmes, citant en particulier les dossiers économiques et sociaux ", souligne la présidence de la République.
Ces précisions interviennent sur fond de la visite mercredi du président turc Recep Tayyip Erdogan en Tunisie et qui a provoqué des réactions diverses.
Des partis et coalitions politiques ont exprimé, dans des déclarations distinctes, leur opposition à la visite non annoncée du président turc Recep Tayyip Erdogan en Tunisie.
Ils ont appelé à l'impératif de ne pas s'ingérer dans les affaires internes de la Libye et se laisser entrainer dans les politiques des axes.

]]>
news-1664 Fri, 20 Dec 2019 19:59:00 +0000 Bachtobji s'entretient avec des hauts responsables philippins /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1664&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=e736a4745af6972806ba8de9482a21a0 La possibilité d’ouvrir une représentation diplomatique permanente des Philippines en Tunisie et la remise d’une lettre du président philippin à son homologue tunisien ont été au centre de deux entretiens, menés, jeudi et vendredi, par le secrétaire d’Etat chargé de la gestion du ministère des Affaires étrangères, Sabri Bachtobji.

La première entrevue l’a réunie avec la sous-secrétaire en charge des travailleurs migrants au Département des Affaires Etrangères des Philippines, Sarah Lou Arriola, et la seconde avec le chef du protocole présidentiel, Robert Borje.
Sarah Arriola a abordé avec Bachtobji la possibilité de renforcer la présence diplomatique philippine dans la région de l’Afrique du nord à travers l’ouverture d’une représentation diplomatique permanente des Philippines en Tunisie.
Bachtobji a salué cette initiative de la responsable philippine et fait part de la prédisposition de la Tunisie à coopérer avec la partie philippine pour lui offrir toutes les facilités nécessaires à cet effet, indique, vendredi, le ministère des Affaires étrangères.
Pour sa part, Robert Borje a remis à Bachtobji une lettre du président philippin Rodrigo Duterte à l’adresse du président de la République Kais Said.
Les deux rencontres ont été une occasion pour les deux parties d’examiner la réalité des relations bilatérales entre les deux pays et de souligner leur volonté de renforcer la coopération notamment dans le cadre des préparatifs de la célébration en 2020 du 45ème anniversaire de l’instauration des relations diplomatiques entre la Tunisie et les Philippines.
Il a été question, également, des préparatifs de la deuxième session de la commission mixte qui se tiendra à Tunis en 2020,

]]>
news-1658 Thu, 19 Dec 2019 12:31:00 +0000 Réunion du Comité d’organisation du sommet de la francophonie avec une délégation de l'OIF /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1658&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=eb14981fd65f8ab3d7fabd324598a342 Une séance de travail consacrée au 18e Sommet de la Francophonie, prévu en décembre 2020 à Tunis, s’est déroulée, jeudi, en présence du coordinateur général du comité national pour l’organisation du Sommet, Lassaad Bellamine, de la présidente de la délégation de l’Organisation internationale de la Francophonie et du chef du bureau de l’OIF.

Bellamine a passé en revue les réalisations déjà accomplis dans le cadre des préparatifs du 18e Sommet, qui coïncidera avec la célébration du cinquantenaire de l’Organisation internationale de la Francophonie.
Environ 88 pays prendraient part au Sommet de Tunis, indique le département des Affaires étrangères.
De son côté, Vanessa Lamothe-Matignon, Conseillère spéciale de la Secrétaire Générale de la Francophonie en charge des instances et des partenariats, a exprimé la disposition de l’OIF à mettre tous les moyens nécessaires au profit du comité d’organisation du Sommet de Tunis et de consolider la coordination bilatérale pour une bonne préparation de cette échéance internationale.
Le 18e Sommet de Tunis constituera une occasion pour examiner la restructuration de l’organisation, de manière à répondre aux objectifs tracés par les pères fondateurs, a-t-elle dit.
La réunion a, aussi, porté sur les préparatifs en cours pour l’ouverture du bureau régional de l’OIF pour l’Afrique du Nord début 2020 en Tunisie.
La 4e réunion de coordination du Comité national pour l'organisation du 18e Sommet de la francophonie s’est tenue, mardi dernier, en présence des représentants des différents ministères et structures concernés par l'organisation du sommet.

]]>
news-1646 Sat, 14 Dec 2019 22:00:50 +0000 Examen des moyens de renforcer la coopération entre la Tunisie et le Conseil de l'Europe dans le domaine de la gouvernance démocratique /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1646&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=fdf90d0fb66cb04dc0741c29eea43079 Le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, chargé de la gestion du ministère des affaires étrangères, Sabri Bachtobji s'est entretenu, vendredi, avec le président de la Commission de Venise, Gianni Buquicchio. L'entretien a porté sur les moyens de renforcer la coopération entre la Tunisie et le Conseil de l'Europe notamment dans le domaine de la gouvernance démocratique et des lois, tels que l'organisation des élections, la mise en place des instances constitutionnelles et le soutien des institutions conformément aux normes et standards internationaux.
Cité dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, Gianni Buquicchio a fait part de la disposition du Conseil de l'Europe de continuer à soutenir les efforts de la Tunisie sur la voie de la consolidation du processus de transition démocratique notamment à travers l'échange des expériences et des expertises dans les domaines y afférents.
De son côté, Bachtobji s'est félicité du niveau de la coopération entre la Tunisie et le Conseil de l'Europe dans le cadre de la troisième phase du programme de partenariat et de coopération "Programme Sud III: Assurer la durabilité de la gouvernance démocratique et des droits de l'homme dans le sud de la Méditerranée" (2018-2020).

]]>
news-1643 Thu, 12 Dec 2019 09:26:00 +0000 l'Allemagne accorde à la Tunisie 300 millions d'euros sous forme de crédits additionnels /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1643&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=7fcb11f4399b6a52f5d5319bcc690538 L’Allemagne a accordé à la Tunisie des crédits additionnels de 300 millions d’euros, soit environ 952 millions de dinars, destinés au financement de nouveaux projets de développement dans le pays. C’était lors de la 15e session des concertations gouvernementales germano-tunisiennes, dont les travaux se sont déroulés du 10 au 12 décembre au siège du ministère fédéral de la Coopération économique et du Développement. Ces projets concernent les domaines du développement économique, l’emploi, la navigation, la réforme administrative, la gouvernance, le secteur de l’eau et les créneaux innovants.

Le procès-verbal des travaux de la 15e session des concertations a été signé, côté tunisien, par le Directeur des relations avec les pays de l’Europe du Nord et de l’Europe centrale au ministère des Affaires étrangères, et côté allemand, par le Directeur général de la coopération économique et commerciale et du développement économique.

Lors de cette session, la partie allemande a réagi favorablement aux propositions exposées par la délégation tunisienne. Ces propositions concernent sept domaines de coopération dont notamment l’emploi de Tunisiens en Allemagne, le développement des exportations tunisiennes vers l’Allemagne et vers les marchés africains prometteurs ainsi que la contribution financière au projet de l’interconnexion électrique entre la Tunisie et l’Europe.

L’Allemagne a également manifesté son accord à convertir une autre partie de la dette tunisienne sous forme de financements pour d’autres projets qui seront convenus ultérieurement, ajoute la même source.

]]>
news-1640 Wed, 11 Dec 2019 08:59:00 +0000 La Tunisie participe au 1er Forum d'Assouan pour la paix et le développement durable /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1640&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=4364a8542318fc25d47a2bff9077560a Une délégation tunisienne, conduite par le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères, chargé de la gestion du ministère des affaires étrangères, Sabri Bachtobji participe au 1er Forum d'Assouan pour la paix et le développement durable, qui se tient en Egypte les 11 et 12 décembre courant.

Prennent part à ce Forum, des chefs d'Etat africains, le président de la Commission de l'Union africaine, des représentants d'organisations régionales et internationales ainsi que les ministres des affaires étrangères des pays africains.
Selon un communiqué rendu public mercredi par le département des affaires étrangères, ce forum vise à examiner les moyens de renforcer l'investissement dans les ressources du continent africain, parallèlement au développement de son infrastructure, et ce en vue d'atteindre les objectifs du développement durable, dans le cadre de la mise en œuvre de l'Agenda 2063 de l'Union africaine.
Ce forum a également pour objectif d'atténuer les retombées des conflits en Afrique sur le développement durable et d'encourager les institutions financières internationales à soutenir les projets de développement en Afrique.
Les travaux du Forum d'Assouan pour la paix et le développement durable porteront sur les défis sécuritaires et économiques, la coopération interétatique en matière de lutte contre le terrorisme et le crime organisé, outre la promotion du rôle des pays de l'Union africaine dans la résolution des crises en Libye et dans les Etats sahélo-sahariens.

]]>
news-1637 Tue, 10 Dec 2019 12:07:00 +0000 Journée internationale des droits de l'homme: la Tunisie réaffirme son engagement à respecter les droits de l'homme dans toutes ses dimensions dans le cadre de la consolidation des acquis de la transition démocratique /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1637&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=243c4c515e4a945762ab6a6cab3aa161 La Tunisie et d'autres pays du monde célèbrent le 71e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, dont l'adoption en ce jour de l'année 1948 a représenté un événement charnière dans l'histoire contemporaine de l'humanité, devenant ainsi une référence pour tous les pays dans leurs efforts pour protéger la dignité humaine, sauvegarder ses droits et lutter contre toutes les formes de violations des droits de l'homme.

Cet anniversaire, souligne le ministère des Affaires étrangères dans une déclaration publiée mardi, représente une occasion "de réaffirmer l'adhésion de la Tunisie aux valeurs universelles partagées et aux principes internationaux qui sous-tendent ce document historique, et son engagement à respecter les droits de l'homme dans toutes ses dimensions, et à promouvoir et faire progresser la culture des droits de l'homme". De ce point de vue, "la Tunisie continue d'œuvrer à consolider les acquis de la transition démocratique et à aspirer aux larges perspectives qu'elle a ouvertes dans le domaine de la garantie des droits de l'homme et du respect des libertés fondamentales grâce à la volonté de son peuple et au désir de liberté et de dignité", ajoute la déclaration.
La Constitution de 2014 a consacré tous ces principes "dans une vision globale et intégrée qui a contribué à l'engagement de la Tunisie dans le système international des droits de l'homme et à jeter les bases d'une société moderne et démocratique dans laquelle les droits sont préservés et la liberté humaine respectée".
La déclaration souligne que la Tunisie cherche "à réaliser une harmonisation pleine et entière entre le système des droits de l'homme dans son essence onusienne et la législation nationale, d'une part, et les pratiques quotidiennes, d'autre part, en partenariat étroit avec les organisations internationales concernées par cette question et avec les acteurs et pour le bien de la société civile". A titre d'exemple, "la Tunisie a adopté ces dernières années un ensemble de lois fondamentales qui ont reçu un large accueil international, telles que la loi sur l'élimination de toutes les formes de violence à l'égard des femmes et la loi contre toutes les formes de discrimination raciale, dans le cadre d'une démarche participative qui a inclus les différentes composantes de la société, en pleine harmonie avec le processus de la transition démocratique", rappelle la déclaration.
La Tunisie continue également de s'employer à achever la mise en place des organes constitutionnels chargés de la protection des droits et libertés publics et privés, et à introduire des réformes à la mesure de sa pleine implication dans le système des droits de l'homme et des valeurs universelles communes.
Le ministère ajoute que la Tunisie, "par conviction du droit des peuples à l'autodétermination, saisit l'occasion de la célébration du 71e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, de réaffirmer son soutien inconditionnel à la juste cause palestinienne et aux droits nationaux légitimes du peuple palestinien frère, en particulier son droit d'établir un Etat indépendant sur son territoire avec Al-Qods comme capitale, comme condition préalable à l'instauration d'une paix juste et durable dans la région".

]]>
news-1631 Sat, 07 Dec 2019 11:45:00 +0000 L'expérience démocratique tunisienne débattue à la conférence Med-Dialogues de Rome /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1631&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=bad401246e113b7494be5789c5e17f26 Le secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères chargé de la gestion du département Sabri Bachtobji a réaffirmé l'importance majeure que la Tunisie accorde au règlement pacifique de la crise libyenne, dans le respect du processus placé sous l'égide des Nations Unies.

Il a participé les 6 et 7 décembre à la 5e édition de la conférence Med-Dialogues de Rome à laquelle ministres, hommes d'affaires et de la culture ainsi que membres de la société civile et représentants d'organisations régionales et internationales ont pris part.
La transition démocratique en Tunisie a été à l'ordre du jour des débats. Bachtobji a passé en revue les différentes étapes qui ont marqué le processus tunisien, mettant, notamment, en exergue la réussite des dernières échéances électorales.
Il a affirmé que le pays est déterminé à aller de l'avant et à poursuivre les réformes économiques afin de créer une nouvelle dynamique de développement.
Par ailleurs, Le secrétaire d'Etat a insisté sur le souci de consolider les relations de partenariat avec l'Union européenne.
Il a fait observer que les relations tuniso-italiennes ont été développées en un partenariat stratégique, rappelant que l'Italie est le deuxième partenaire économique et commercial de la Tunisie et le deuxième investisseur avec près de 900 entreprises implantées dans diverses régions du pays.
En marge du Forum, Bachtobji a participé, à l'invitation du ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio, à une réunion ministérielle des pays du voisinage libyen consacrée aux derniers développements dans ce pays et aux moyens de parvenir à un règlement politique de la crise.
Par ailleurs, Bachtobji s'est entretenu avec les ministres des Affaires étrangères italien et Japonais des moyens de consolider les relations bilatérales et d'optimiser l'échange de visites.
Il a eu, également, une rencontre avec le président de la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) qui s'est focalisée sur le renforcement des activités de la banque en Tunisie et le soutien du secteur privé en particulier les PME.

]]>
news-1622 Mon, 25 Nov 2019 11:46:00 +0000 La Tunisie met garde contre les "graves conséquences" de la colonisation dans les territoires occupés /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1622&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=0d1f5d8c198ccb35cd07d2b5a14baa5c La Tunisie a mis en garde, lundi, contre les "graves conséquences" pouvant découler de la colonisation dans les territoires palestiniens occupés et de la poursuite du blocus de la bande de Gaza, une enclave palestinienne de deux millions d’habitants. Le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Sabri Bachtobji qui conduit la délégation tunisienne à la réunion extraordinaire du Conseil de la Ligue des Etats arabes au niveau des ministres des Affaires étrangères au Caire a réitéré la position constante de la Tunisie soutenant le peuple palestinien dans sa résistance pour récupérer ses droits légitimes et instaurer un Etat indépendant sur sa terre.
"La Tunisie réaffirme sa position de soutien indéfectible au peuple palestinien frère dans sa lutte pour restaurer tous ses droits légitimes dont en premier lieu l'établissement d'un Etat indépendant avec Al Qods pour capitale", a-t-il affirmé, cité dans un communiqué du département des affaires étrangères.
Par ailleurs, Bachtobji a souligné la disposition de la Tunisie en tant que membre non permanant au conseil de sécurité des Nations unies à œuvrer de concert avec la communauté internationale et le reste des Etats arabes pour consacrer ce choix au service de la paix et la stabilité au Moyen-Orient.

]]>
news-1619 Mon, 25 Nov 2019 11:33:00 +0000 Réunion extraordinaire du Conseil de la Ligue des États arabes /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1619&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=0922653f54da0c73ca551eab37cdbce8 news-1614 Tue, 19 Nov 2019 11:38:00 +0000 Lors de la 3ème session du congrès "G20 Compact with Africa" /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1614&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=4864f3520d78292f880739184b9bdfc3 news-1608 Tue, 19 Nov 2019 07:45:00 +0000 Bachtobji souligne à Berlin le succès de la Tunisie dans la promotion de la transparence, de la bonne gouvernance et de l'amélioration du climat de l'investissement /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1608&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=b4182e089fca4a7c59c2fe551f442cea Le secrétaire d'Etat aux affaires étrangères et ministre des Affaires étrangères par intérim, Sabri Bachtobji, a prononcé un discours à Berlin lors de la 3ème session du congrès "G20 Compact with Africa", dans lequel il a souligné les succès remportés par la Tunisie en matière de renforcement de la sécurité et de promotion de la transparence, de la bonne gouvernance et du climat d'investissement.
Bachtobji, chargé par le Président de la République de diriger la délégation tunisienne au séminaire, a affirmé que la Tunisie a progressé pour la deuxième année consécutive dans le rapport Doing Business publié par la Banque mondiale, saluant l'amitié de longue date entre la Tunisie et l'Allemagne "qui a atteint le niveau de partenariat stratégique".
Dans ce contexte, il a salué le soutien et les mécanismes de financement mis en place par le gouvernement allemand pour encourager les investissements et les partenariats avec les pays africains, estimant que la participation de la Tunisie depuis 2017 à l'initiative allemande "Charte avec l'Afrique" confirmait les opportunités prometteuses du continent africain en matière de coopération et d'investissement, ainsi que l'aspiration commune à travailler davantage pour impulser les investissements privés en Afrique dans un partenariat mutuellement bénéfique.
Le ministre des AE part intérim a également exprimé la détermination de la Tunisie à poursuivre les réformes nécessaires pour réaliser la transition économique souhaitée en réponse aux défis économiques et sociaux actuels et aux aspirations de ses jeunes en matière d'emploi et de développement.
"La Tunisie continue de consolider la transition démocratique en consacrant les principes de la primauté du droit, des institutions et de l'alternance au pouvoir en organisant des élections législatives et présidentielle équitables et transparentes", a-t-il souligné.
La 3ème session du congrès "G20 Compact with Africa" est organisé sous les auspices de la chancelière allemande Angela Merkel, en présence de plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement africains partenaires de cette charte, dont le Maroc, Egypte, Ethiopie, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Ghana, Guinée, Rwanda, Sénégal et Togo.
L'initiative, lancée par la présidence allemande du G20 en 2017, vise à encourager les investissements privés, à promouvoir le développement et à créer des emplois dans les pays africains.

]]>
news-1611 Mon, 18 Nov 2019 08:35:00 +0000 La Tunisie met en garde contre les "graves conséquences de la légalisation de la colonisation dans les territoires arabes occupés /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1611&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=5c4ccacde127ad81a8a501700cc186ed La Tunisie a mis en garde mardi contre les "graves conséquences" de la colonisation dans les territoires arabes occupés, affirmant que sa légalisation, sous quelque prétexte que ce soit, "est nulle du point de vue légale et improductive" et constitue "une violation flagrante des conventions et normes internationales", de nature à détruire la base légale de tout règlement juste de la question palestinienne.

Dans une déclaration publiée mardi soir, le ministère des Affaires étrangères a estimé que la Tunisie met en garde contre une amplification de la tension, de la violence et de l'instabilité dans la région, la dissipation de tout espoir de parvenir à une paix juste, globale et réelle pour la cause palestinienne et l'encouragement des forces d'occupation à poursuivre la politique d'annexion des territoires palestiniens occupés et imposer une politique du fait accompli par la force militaire.
"La Tunisie réaffirme sa position de soutien indéfectible au peuple palestinien frère dans sa lutte pour restaurer tous ses droits légitimes sans limitation, en premier lieu l'établissement d'un Etat indépendant avec Al Qods pour capitale", souligne la déclaration.
Par ailleurs, le ministère des Affaires étrangères a affirmé que la Tunisie, qui croit à la justice pour la cause palestinienne, "n’épargnera aucun effort pour la défendre dans toutes les instances régionales et internationales et pour soutenir tous les efforts visant à trouver un règlement juste qui rétablisse les droits des Palestiniens et assure la sécurité, la stabilité et une paix durable dans la région".
A cet égard, la Tunisie a appelé la communauté internationale, en particulier les Nations Unies, à assumer leurs responsabilités juridiques et morales afin de respecter la Charte des Nations Unies, le droit international humanitaire et les résolutions de la légitimité internationale, et de rejeter toute position en contradiction avec les principes juridiques établis.
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré lundi que son pays ne considérait plus les colonies israéliennes dans les territoires occupés comme "contraires au droit international", alors que l'Union européenne considère toujours que les colonies de peuplement israéliennes dans les territoires palestiniens occupés sont illégales au regard du droit international et réduisent les chances d'une paix durable, selon les déclarations de ses responsables.
Lors de sa session mensuelle sur le Moyen-Orient, le Conseil de sécurité des Nations unies doit examiner mercredi la déclaration de Washington sur la "légitimité" des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie occupée.

]]>
news-1604 Mon, 18 Nov 2019 07:34:00 +0000 Sabri Bachtobji conduit la délégation tunisienne aux travaux du congrès -G20 Compact with Africa /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1604&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=16e2d4ebd9912a19477186838603c5c8 Le secrétaire d’Etat aux Affaires étrangères, Sabri Bachtobji a été chargé par le président de la république Kais Saied de conduire la délégation tunisienne aux travaux de la 3ème session du congrès " G20 Compact with Africa ", qui se tiendra à Berlin le 19 novembre 2019.

Cette 3ème session sera une occasion pour évaluer le progrès enregistré dans l’activation du partenariat avec l’Afrique, initié par l’Allemagne en 2017 en direction des pays du continent, à l’occasion de sa présidence du Groupe des Vingt.
Cet événement permettra aux participants de présenter les opportunités d’investissements dans leurs pays respectifs.
L’initiative allemande dont bénéficie la Tunisie depuis son lancement en 2017, vise à consolider l’investissement privé, l’infrastructure et le développement durable dans les pays africains de manière à concrétiser la stabilité économique, à instaurer un climat favorable à l’investissement et développer le cadre de financement.
La 3ème session du " G20 Compact with Africa " qui se tiendra sur invitation de la Chancelière allemande Angela Merkel verra la participation des dirigeants des pays africains concernés, des chefs d’Etat et de gouvernement de pays européens ainsi que des responsables des institutions financières internationales et régionales appuyant ladite initiative, notamment la Banque Mondiale (BM), le Fond Monétaire International (FMI) et la Banque Africaine de développement (BAD) ainsi que des représentants du secteur privé.

]]>
news-1586 Wed, 06 Nov 2019 17:05:00 +0000 Entretien Said-Bachtobji: la participation de la Tunisie à la Conférence ministérielle de l'OIF à l'ordre du jour /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1586&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=30c0e257ea8bdcc5c605a14cff98bca7 Le président de la République a reçu du secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, chargé de la gestion du département Sabri Bachtobji, un exposé sur la participation d'une délégation tunisienne aux travaux de la Conférence ministérielle de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) tenue fin octobre à Monaco.

Sabri Bachtobji a déclaré, à l'issue de l'entretien, que ce sommet sera l'occasion pour la Tunisie de mieux faire connaitre les acquis accomplis en termes de libertés et de valeurs démocratiques et de mettre en avant la richesse de son patrimoine culturel et linguistique.
Le secrétaire d'Etat a ajouté avoir passé en revue, avec le président de la République, les principales échéances diplomatiques programmées pour la période à venir.
Bachtobji lui a transmis les félicitations des membres du corps diplomatique pour la confiance qui lui a été accordée par les Tunisiens, se disant optimiste quant aux perspectives prometteuses des relations extérieures de la Tunisie et de l'engagement des pays à soutenir le pays, encouragés en cela par la réussite des dernières élections législatives et présidentielle.
Au terme des travaux de la 36e Conférence ministérielle de la Francophonie (30, 31 octobre) l’Arménie, hôte du dernier Sommet de la Francophonie, a passé la présidence de la Conférence à la Tunisie.
Le XVIIIe Sommet de la Francophonie se tiendra les 12 et 13 décembre 2020 à Tunis autour du thème : " Connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ". Il coïncide avec la commémoration du 50e anniversaire de la création de l'Agence de coopération culturelle et artistique, le 20 mars 1970 à Niamey au Niger, devenue ensuite l'OIF dont le Leader Bourguiba a été l'un des pères fondateurs.

]]>
news-1581 Wed, 06 Nov 2019 12:58:00 +0000 Le Président de la République reçoit secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1581&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=71151dff93921830fed204963b5b4500 news-1577 Fri, 01 Nov 2019 09:59:27 +0000 La présidence de la Conférence ministérielle de la Francophonie transmise à la Tunisie /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1577&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=05b86664c0ae883f7c56c01e3fb5b847 Au terme des travaux de la 36e Conférence ministérielle de la Francophonie tenue les 30 et 31 octobre à Monaco, l’Arménie, hôte du dernier Sommet de la Francophonie, a transmis,  jeudi soir, la présidence de la Conférence à la Tunisie qui abritera le XVIIIe Sommet de la Francophonie.

Le XVIIIe Sommet de la Francophonie se tiendra les 12 et 13 décembre 2020 à Tunis autour du thème : " Connectivité dans la diversité : le numérique vecteur de développement et de solidarité dans l’espace francophone ".
Sabri Bachtobji, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, chargé de la gestion du ministère des Affaires étrangères a prononcé, à cette occasion, une allocution dans laquelle il a exprimé les remerciements de la Tunisie pour la confiance que lui ont accordeé les 88 Etats membres de l'OIF pour abriter les travaux du Sommet. Il a, à cette occasion, passé en revue les préparatifs engagés dans le cadre de l'organisation de ce Sommet.
M. Sabri Bachtobji a eu des entretiens avec plusieurs chefs de délégations en marge des travaux de la Conférence ministérielle de la Francophonie qui ont salué la réussite des dernières échéances électorales en Tunisie ayant "consacré la maturité du processus démocratique engagé dans le pays".

]]>
news-1573 Wed, 30 Oct 2019 15:49:00 +0000 Sabri Bachtobji conduit la délégation tunisienne à la 36e Conférence ministérielle de la Francophonie /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1573&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=e34433b034d578ed6f836c54b6ab7cf8 La Tunisie participe à la 36e Conférence ministérielle de la Francophonie, qui se déroule les 30 et 31 octobre, dans la Principauté de Monaco, avec une délégation conduite par Sabri Bachtobji, secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères,  chargé de la gestion du ministère des Affaires étrangères.

Cette conférence s'inscrit dans la cadre de la préparation du Sommet de l’Organisation Internationale de la Francophonie prévu à Tunis en 2020,
Le thème choisi pour cette 36e conférence est "Réconcilier l’humanité et la planète: perspectives dans l’espace francophone à la veille des 50 ans de l’Organisation Internationale de la Francophonie".
La conférence réunit 88 ministres en charge de la Francophonie de 88 Etats et gouvernements.
 

]]>
news-1569 Tue, 29 Oct 2019 09:17:18 +0000 "Il est de l’intérêt de la Tunisie d’être partie prenante dans toute initiative concernant la Libye" - Jhinaoui /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1569&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=e8fb6ed87cb79ecb39ca650727267ec1 Le ministre des Affaires étrangères, Khemais Jhinaoui, et son homologue allemand, Heiko Mass, ont tenu lundi une conférence de presse au siège du département des Affaires étrangères, à l’issue d’un bref entretien bilatéral. L’entretien entre Khémais Jhinaoui et Heiko Mass a abordé la question des relations bilatérales et les moyens de les renforcer dans tous les domaines.
"L’Allemagne est un pays ami qui a apporté le plus de soutien à la Tunisie dans son processus de transition démocratique, durant les huit dernières années", a affirmé Jhinaoui.
Cette visite, la première pour Heiko Mass en tant que ministre fédéral allemand des Affaires étrangères intervient au moment où les relations tuniso-allemandes connaissent "une dynamique très positive", a indiqué Jhinaoui
Il a souligné que la Tunisie a franchi des étapes importantes dans la consécration de la démocratie, estimant que les résultats de la présidentielle sont la meilleure preuve que la Tunisie est "sur la bonne voie" et qu’elle a opté définitivement pour la démocratie.
Le ministre des Affaires étrangères a, également, rappelé que l’Allemagne était le 3e partenaire économique de la Tunisie au niveau des échanges commerciaux et de l’investissement.
Jhinaoui a salué, aussi, le rôle de l’Allemagne dans la promotion de l’image de la Tunisie en tant que destination touristique.
Il a fait observer que l’Allemagne avait contribué en tant que présidente du G20, à faire bénéficier la Tunisie dans le cadre de l’initiative "Compact With Africa" (programme de partenariat entre les 20 pays les plus industrialisés et l’Afrique) d’une aide estimé à 465 millions d’euros.
Jhinaoui a, en outre, mis l’accent sur l’importance de la coopération entre les deux pays notamment dans le domaine de la culture, de l’enseignement supérieur, de la lutte contre la migration irrégulière. Il est question notamment de faciliter les procédures de l’immigration légale pour les jeunes diplômés tunisiens.
Il a, dans ce sens, fait observer que les efforts déployés par les gouvernements tunisiens qui se sont succédé à la tête du pays n’ont, toutefois, pu répondre aux aspirations des jeunes tunisiens en matière d’emploi.
"La Tunisie compte sur la compréhension et sur l’appui de l’Allemagne et de l’Union européenne en ce qui concerne l’emploi des jeunes tunisiens".
Jhinaoui a fait savoir que le président de la République, Kaïs Saïed, se rendra en Allemagne à l’invitation de la Chancelière allemande Angela Merkel pour participer à la 3e session de "Compact with Africa" en novembre prochain.
Selon Jhinaoui, la rencontre a aussi abordé la coopération entre les deux pays dans le cadre du conseil de sécurité de l'ONU ainsi que la question de la crise libyenne.
A cet effet, Jhinaoui a fait savoir que l’Allemagne a entamé les préparatifs nécessaires pour l’organisation d’une conférence internationale sur la Libye dans le but de trouver une issue pacifique et politique à la crise dans ce pays.
Il a rappelé la position de la Tunisie vis-à-vis du conflit en Libye et le rôle qu’elle a joué depuis le déclenchement de la crise.
"La Tunisie avait aidé les frères libyens à dépasser leur conflit et à opter pour une solution pacifique dans un cadre bilatéral mais aussi dans le cadre de l’initiative tripartite mise en place par le président Béji Caïd Essebsi".
"La question libyenne est fondamentale pour nous parce qu’elle a des répercussions sociales, économiques et politiques sur la Tunisie. Il est de l’intérêt national de la Tunisie d’être partie prenante dans toute initiative concernant la Libye, surtout qu’elle a son mot à dire et sa vision sur cette question".
Et d’ajouter : "La Tunisie et l’Allemagne n’ont aucun agenda en Libye sauf celui de la paix. Nous allons œuvrer à aider l’Allemagne, les Nations Unies et la communauté internationale pour trouver une solution à la question libyenne".
Jhinaoui a estimé que l’Allemagne, la France, l’Italie ou encore la Tunisie, ne peuvent que contribuer à encourager les Libyens à trouver une solution libyo-libyenne.
En réponse à une question sur le fait que l’Allemagne n’avait pas invité la Tunisie à prendre part à la Conférence internationale de Berlin sur la Libye, initialement prévue fin octobre courant, Jhinaoui a indiqué que "l’Allemagne connait parfaitement la position de la Tunisie concernant l’initiative allemande".
"Nous comprenons la démarche empruntée par l’Allemagne et nous lui avons fait part de l’importance que peut revêtir la présence de la Tunisie dans cette conférence".
Pour sa part, le ministre fédéral allemand des Affaires étrangères, Heiko Mass, a salué le processus de transition démocratique en Tunisie, estimant que la liberté et la démocratie sont devenues une réalité en Tunisie.
Mass a souligné que l’Allemagne poursuivra son appui à la Tunisie dans son processus démocratique, notamment en matière de lutte contre la corruption et dans la consécration de l’Etat de droit.
Il a également rappelé que son pays est l’un des plus importants partenaires de la Tunisie avec un volume d’échanges commerciaux estimé à 1,6 milliard d’euros.
Il a abordé, également, sa rencontre avec le président de la république Kaïs Saïed, indiquant qu’il lui a adressé une invitation officielle pour participer à la 3e session de "Compact with Africa" les 18 et 19 novembre prochain.
Concernant la question libyenne, Mass a soulevé le fait que toutes les initiatives prises à cet effet n’ont pas abouti à trouver des solutions pour la crise libyenne, affirmant dans ce sens que la Tunisie aura un rôle important à jouer dans le cadre d’une ligne politique claire pour réaliser la paix durable en Libye.
"L’Allemagne va œuvrer à fournir toutes les conditions nécessaires pour garantir une issue politique à la crise libyenne, en neutralisant l’ingérence étrangère, en réunissant les forces belligérantes armées en Libye et en imposant les conditions préalables à un embargo sur les armes dans ce pays", a déclaré Heiko Mass.
Le ministre fédéral allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, effectue une visite en Tunisie les 27 et 28 octobre courant dans le cadre de sa tournée en Afrique du Nord.

]]>
news-1566 Mon, 28 Oct 2019 07:39:34 +0000 Le ministre allemand des AE en visite en Tunisie les 27 et 28 octobre /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1566&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=b4c1faa9ce5e5b80db2477e16b36b89d Le ministre fédéral allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, effectue une visite en Tunisie les 27 et 28 octobre courant dans le cadre de sa tournée en Afrique du Nord. Cette visite sera l'occasion pour les deux chefs de la diplomatie d'examiner les moyens de renforcer les relations privilégiées de coopération bilatérale unissant les deux pays et d'évoquer les questions régionales et internationales d'intérêt commun, dont en premier lieu la situation en Libye.
Le ministre allemand aura, notamment, des entretiens avec des hauts responsables tunisiens. Il coprésidera, lundi matin, un point de presse commun avec le ministre des Affaires étrangères Khémaies Jhinaoui.
Pour rappel, Jhinaoui s'était rendu, en octobre 2018, une visite officielle en Allemagne à l'invitation de son homologue allemand.

]]>
news-1561 Thu, 24 Oct 2019 16:25:31 +0000 Allocution de M. Khémaies Jhinaoui, à l’occasion de la célébration de la Journée des Nations Unies /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1561&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=c5604b3dd8623f520137c9337ee9c5a5 Allocution de M. Khémaies Jhinaoui, Ministre des Affaires Etrangères À l'ouverture du Séminaire de l’Association Tunisienne des Nations Unies, à l’occasion de la célébration de la Journée des Nations Unies Faculté des Sciences juridiques, Politiques et Sociales de Tunis,

Mme la Doyenne de la Faculté des Sciences juridiques, Politiques et Sociales de Tunis,

Mme. la Présidente de l’Association tunisienne des Nations Unies,

M. le Directeur du Laboratoire de Recherche DIERME,

M. le Coordonnateur Résident des Nations Unies à Tunis,

Chers Professeurs, Etudiants et membres de l’Association tunisienne des Nations Unies,

Mesdames et Messieurs.

Permettez-moi, tout d’abord, d’exprimer mes vifs remerciements à Mme Faiza Kefi, Présidente de l’Association Tunisienne des Nations Unies, et à toute l’équipe de cette prestigieuse Association, pour leur aimable invitation, et de vous dire tout l’honneur qui m’échoit d'être de nouveau parmi vous à l’occasion de la célébration de la Journée des Nations Unies.

Je me réjouis sincèrement de pouvoir interagir avec vous toutes et tous dans le cadre de ce séminaire. C’est, pour moi, une nouvelle opportunité pour réaffirmer l’ouverture du Ministère des Affaires Etrangères sur les milieux académiques et la société civile au service de la diplomatie tunisienne et de l'intérêt national de notre pays.

Qu’il me soit aussi permis de saluer la décision de l’Association tunisienne des Nations Unies de dédier la célébration de la Journée des Nations Unies cette année à la mémoire du fondateur de l’Association, Feu Mongi Slim, figure emblématique de la diplomatie tunisienne contemporaine et de l’Organisation des Nations Unies, dont il a présidé avec brio la 16èmesession de l’Assemblée Générale en 1961-1962.

Je voudrais, à cette occasion remercier également, M. Diego Zorrilla, Coordonnateur Résident des Nations Unies à Tunis, présent parmi nous aujourd’hui, pour son aimable geste de donner le nom du Feu Mongi Slim à l’une des salles de « La Maison Bleue », nouveau siège de l’ONU à Tunis.

Mesdames et Messieurs,

La Journée des Nations Unies, qui marque l'entrée en vigueur de la Charte des Nations Unies le 24 octobre 1945, est une occasion pour les Gouvernements et les peuples du monde entier, de réaffirmer leur attachement aux buts et principes de cette organisation, créée pour renforcer les fondements de la paix et de la sécurité internationales, garantir la promotion et la protection des droits de l’homme, et pour consacrer le droit de tous les peuples à un développement juste et durable.

Au fil de ses 74 ans d’existence, l’ONU compte à son actif plusieurs acquis en matière de résolution des conflits, de rétablissement et de maintien de la paix, de désarmement et de non-prolifération, de lutte contre le terrorisme, de consolidation des droits de l’Homme, de promotion de la démocratie et du développement et de lutte contre la pauvreté. Grâce à la contribution remarquable des programmes et institutions spécialisées de l’ONU, la pauvreté dans le monde a été réduite de moitié durant les quinze dernières années, les conditions et la qualité de vie se sont sensiblement améliorées aux quatre coins du monde. Les réalisations des Nations Unies ont été confortées, ces dernières années, par l’adoption du Programme de développement durable à l’horizon 2030 dont la concrétisation constitue un engagement commun de toutes les nations.

Nous sommes bien conscients des succès et des progrès accomplis par l'ONU depuis sa création. Nous ne devons, toutefois, pas sous-estimer les défis et les difficultés auxquels font face l’organisation et la communauté internationale. La situation difficile qui prévaut aujourd’hui et qui entache l’image des Nations Unies dans le monde, se manifeste essentiellement par :

- la multitude des conflits, récents et anciens, notamment dans les régions arabe africaine,

- la montée du terrorisme, qui représente une menace pour tous les pays sans exception aucune,

- les répercussions du changement climatique sur la paix et la sécurité internationales, voire sur l’existence même de certains peuples,

- le creusement des inégalités entre les nations et au sein des sociétés sur les plans économique, social, technologique et scientifique, et

- la crise que traverse le multilatéralisme, colonne vertébrale de l’Organisation des Nations Unies. La tendance de certains pays à l’unilatéralisme pour « régler » certaines questions internationales selon leurs propres visions et priorités en bafouant la légalité internationale constitue le défi majeur auquel sont confrontées la communauté internationale et les Nations Unies. L’unilatéralisme ne peut qu’accentuer les tensions et approfondir les crises, même si certains se plaisent à croire ou à faire croire qu’il pourrait apporter un semblant de solution. Il est évident que le plus important c’est de parvenir à des solutions durables et acceptées par toutes les parties concernées.

Dans un contexte régional et international complexe, la Tunisie, qui demeure attachée à la légalité internationale et au respect du droit international, est fermement convaincue que les Nations Unies sont le meilleur outil à la disposition de la communauté internationale pour faire face aux conflits, à leurs causes profondes et trouver des solutions politiques et pacifiques. Comme l’a bien souligné l’ancien Secrétaire général Dag Hammarskjöld, et je cite : « Les Nations Unies sont un instrument imparfait mais indispensable pour que les nations travaillent pacifiquement pour un monde plus juste et plus sûr».

La Tunisie est profondément convaincue du rôle fondamental des Nations Unies, en tant que plateforme incontournable d’action collective, de coopération et de concertation. Elle a toujours soutenu l’ONU et porté l’étendard du multilatéralisme et s’est attachée inlassablement à promouvoir le dialogue et la solidarité entre les nations. Notre pays s’est par ailleurs engagé, depuis son indépendance, en faveur de l’action collective à travers la participation aux Opérations de maintien de la paix des Nations Unies, la contribution à l’élaboration du dispositif normatif multilatéral, outre une participation active au sein des différentes instances de l’ONU.

Mesdames et Messieurs,

La célébration de cette journée intervient alors que notre pays s’apprête à occuper un siège comme membre non-permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies pour la période 2020–2021, pour la 4ème fois de son histoire. Nous nous réjouissons de cette adhésion et nous sommes persuadés que notre pays, de par sa vision, les orientations et principes qui marquent sa politique étrangère saura apporter une contribution concrète aux efforts de rétablissement de la paix et de la sécurité internationales.

Notre pays saisira cette occasion pour réaffirmer encore une fois son attachement au multilatéralisme face aux tendances unilatérales devenues de plus en plus manifestes sur la scène internationale. Notre foi dans le multilatéralisme implique de promouvoir et de renforcer le respect du droit international, car toute remise en cause des engagements qui lient les membres de la communauté internationale risque d’ébranler l’édifice même des Nations Unies et des idéaux autour desquels l’Organisation a été établie.

Dans cet esprit et en tenant compte de ses intérêts, la Tunisie s’est fixée des priorités pour son mandat au Conseil de sécurité comme la promotion du rôle du Conseil dans la prévention des conflits et la diplomatie préventive. Nous appellerons, au sein de ce directoire mondial, à agir avant le déclenchement des conflits à travers le traitement de leurs causes sous-jacentes, car nous estimons que le Conseil de Sécurité devra évoluer d’un organe qui réagit au déclenchement des conflits vers une instance qui prévient les conflits.

La Tunisie s’est également fixée comme priorité le renforcement de la vocation du Conseil de sécurité en matière de règlement pacifique des différends, en cas de conflit déclaré, en coordination avec les organisations régionales, qui, comme le prévoit la Charte des Nations Unies, doivent apporter leur assistance à cet égard.

Mais comment peut-on parler de prévention, de résolution et de règlement pacifique des conflits sans promouvoir le rôle des femmes et des jeunes dans les processus de paix, eu égard à la contribution remarquable que peuvent apporter ces deux forces vives à ce sujet.

La consolidation de l’efficacité du rôle du Conseil de sécurité dans la lutte contre le terrorisme constitue une autre priorité sur laquelle la Tunisie travaillera durant son prochain mandat au Conseil. Dans ce cadre, il importe de noter que la Tunisie présidera le Comité contre le terrorisme ; organe subsidiaire du Conseil de sécurité.

Par ailleurs, le renforcement de l’efficience des opérations de paix des Nations Unies, à travers la mise à leur disposition des moyens adéquats et en les dotant de mandats réalisables est un impératif qui méritera toute notre attention. C’est la raison pour laquelle la Tunisie présidera le Groupe de travail sur les opérations de maintien de la paix, ainsi que le Comité des sanctions sur la Guinée Bissau ; deux autres organes subsidiaires du Conseil de sécurité.

Enfin, le monde meilleur que nous souhaitons tous ne sera réalisé qu’à travers la promotion de la coopération au service du développement, en tant qu’outil de prévention de conflits et de rétablissement de la paix, un autre aspect sur lequel nous insisterons pendant notre mandat au Conseil.

Ces priorités que je viens de développer ne doivent point cacher le fait que la résolution de la crise en Libye est à la tête de nos priorités. Il s’agit là d’une question stratégique voire vitale pour la Tunisie qui n’a épargné et n’épargnera aucun effort en vue d’une solution politique consensuelle dans ce pays frère.

Avant de conclure, je voudrais souligner que nos priorités au Conseil de sécurité sont la réaffirmation de l’engagement de la Tunisie en faveur de l’Organisation des Nations Unies et de l’ensemble de son système. La complexité et la diversité des défis qui se dressent devant l’humanité appellent à la conjugaison des efforts et montrent qu’il n’existe aucune alternative à l’action collective. Nous agirons dans l’enceinte du Conseil en vue de démontrer que l’instauration d’une paix durable ne saurait se réaliser en dehors d’un système multilatéral renforcé et fédérateur, ayant pour cadre les Nations unies, organisation dont la vocation universelle est de nature à promouvoir la concertation et le consensus en vue de la pérennisation de la paix.

J’ose espérer que dans un an, lors de la célébration de son 75ème anniversaire, l’Organisation des Nations Unies aura réalisé, avec le concours de la communauté internationale des percées pour un monde plus stable, plus sûr et plus juste.

]]>
news-1556 Thu, 24 Oct 2019 11:51:12 +0000 Inauguration d'une salle de conférences au nom de feu Mongi Slim au siège des Nations Unies à Tunis /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1556&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=ea43dc94b817696cee11a54d1c947c71 Le ministre des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, et le coordinateur résident des Nations Unies en Tunisie, Diego Zorella, ont inauguré mercredi soir une salle de conférences portant le nom de feu Mongi Slim, dans le batiment des Nations Unies (la "Maison bleue") dans la région du Lac à Tunis. Cette initiative, lancée par l'Association tunisienne des Nations Unies et de l'Organisation des Nations Unies en Tunisie d'attribuer à cette salle le nom de Mongi Selim, première personnalité africaine à présider l'Assemblée générale des Nations Unies (1961-1962) et fondateur de l'association tunisienne des Nations Unies (1960), s'inscrit dans le cadre de la célébration de la Tunisie avec ses partenaires de l'anniversaire de la création de l’Organisation des Nations Unies le 24 octobre, coïncident cette année avec le cinquantième anniversaire de la mort de feu Mongi Slim.
Dans une déclaration à la presse, en marge de cette manifestation, le ministre des Affaires étrangères, a indiqué que l'attribution d'une salle au nom du regretté Mongi Slim au siège des Nations Unies à Tunis à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa mort "témoignait de l'importance de cette personnalité nationale qui a contribué à la direction du mouvement national et à la construction d'un Etat indépendant".
"Cette personnalité était également l’un des fondateurs de la diplomatie tunisienne et avait jeté les bases de cette diplomatie moderne, que la Tunisie tente de suivre et de respecter en tant que principes de l’action internationale", a-t-il souligné.
Il a rappelé que lors de sa présidence de l'Assemblée générale des Nations Unies, Mongi Slim "a non seulement était un fervent partisan de la défense de la Tunisie et de sa lutte pour l'indépendance, en particulier après l'agression de Sakiet Sidi Youssef en 1958, mais qu'il avait également joué un rôle important dans la promotion du processus d'indépendance de nombreux pays africains et dans le soutien aux questions de liberté dans le monde et était respecté par la communauté internationale".
"La Tunisie se prépe à intégrer pour la quatrième fois le Conseil de sécurité, après avoir été honorée pour la première fois de 1959 à 1960 en présence de l'ambassadeur Mongi Slim à l'époque", a-t-il ajouté, s'engageant à continuer à travailler et à suivre la voie de cette figure nationale.
Pour sa part, le coordonnateur résident des Nations Unies en Tunisie, Diego Zorella, a exprimé la "grande fierté" des Nations Unies qui ont dédié, à l'occasion de l'anniversaire de son cinquantième anniversaire, une salle de conférence au siège de son siège à Tunis à Mongi Slim "qui a incarné le patriotisme tunisien et a contribué à la fondation du concept de responsabilité partagéez".
Il a affirmé que cette salle permettra de préserver la mémoire de feu Mongi Slim, à travers des images qui incarnent plusieurs étapes de son action au sein de l'ONU et de sa contribution à la consécration de sa Charte.
Pour sa part, le président honoraire de l'Association tunisienne des Nations Unies et ancien diplomate, Ahmed Ounais, a déclaré à l'agence TAP que l'initiative du chef de la mission des Nations Unies en Tunisie de dédier deux salles dans son siège au nom de Mongi Slim et de Hedi Annabi, est "un geste généreux envers deux personnes qui ont servi la Tunisie et croient aux principes de la Charte des Nations Unies".
Il a rappelé que Mongi Slim avait été le premier représentant de l'Etat tunisien auprès des Nations Unies où il avait gagné des partisans et qu'il avait été l'assistant principal du Secrétaire général des Nations Unies dans les différentes crises nées "grâce à son prestige et sa sagesse".
Ounais a rappelé les positions de Mongi Slim lorsqu'il a été élu à l'unanimité au scrutin secret à la tête de l'Assemblée générale des Nations Unies en 1961, en insistant notamment sur la nécessité que l'ONU soit unanime face aux dangers qui menacent la communauté onusienne et sur son attachement à la nécessité de la paix entre les peuples.
Plusieurs personnalités nationales et diplomates ayant connu Mongi Slim, des membres de sa famille ainsi que des représentants d'agences des Nations Unies en Tunisie ont assisté à la cérémonie d'inauguration.

]]>
news-1550 Sun, 13 Oct 2019 14:06:00 +0000 Inauguration de l'ambassade de la République tunisienne à Nairobi /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1550&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=08827ef5d8c79c717ece4bb818922771 news-1543 Sat, 12 Oct 2019 07:06:00 +0000 Jhinaoui participe au Caire à la réunion du Conseil de la Ligue arabe /presse/actualites/detail/?tx_news_pi1%5Bnews%5D=1543&tx_news_pi1%5Bcontroller%5D=News&tx_news_pi1%5Baction%5D=detail&cHash=586ae43c2d872b2a7f61d2e31f3f7517 Le ministre des Affaires étrangères, Khémaies Jhinaoui, a conduit la délégation tunisienne à la réunion du Conseil de la Ligue des Etats arabes au niveau ministériel, tenue en session extraordinaire samedi au Caire, pour débattre de l'attaque turque au nord-est de la Syrie. Dans une allocution prononcée à cette occasion, Jhinaoui a mis en avant la dégradation "sans précédent" de la situation en du Moyen-Orient en raison des conflits, des opérations militaires et des interventions étrangères dans la crise syrienne, lit-on dans un communiqué du département des Affaires étrangères.
Jhinaoui a réaffirmé la détermination de la Tunisie à renforcer la solidarité arabe en cette conjoncture délicate après l'intervention militaire turque et ses répercussions sur la stabilité dans la région.
Il a appelé à un cessez-le-feu immédiat, faisant observer que cette escalade miliaire constitue une violation manifeste de la souveraineté et de la stabilité de la Syrie et l'unité de ses territoires. Il a rappelé dans ce sens les objectifs et principes fondamentaux du droit international et les résolutions émises des Sommets arabes dont celui de la Tunis.
La persistance des violences dans le nord de la Syrie pourrait conduire à une crise humanitaire qui affaiblira, sans doute les efforts de lutte contre le terrorisme, a-t-il relevé. Jhinaoui a réitéré l'appel de la Tunisie à la communauté internationale ne ménager aucun effort pour barrer la route aux organisations terroristes.
Par ailleurs, Jhinaoui a indiqué que l'adhésion de la Tunisie, au début de l'année prochaine, au Conseil de Sécurité des Nations Unies va lui permettre de défendre les questions arabes et contribuer à faire progresser les règlements pacifiques, notamment en Syrie.
Le ministre des Affaires étrangères a, en outre, participé à la réunion de concertation ministérielle tenue avant l'ouverture de la session extraordinaire de la réunion ministérielle. Il a, également eu une série d'entretiens avec ses homologues des Etats arabes sur les moyens de renforcer davantage l'action arabe commune et les dernières actualités dans la région.
Il a, aussi, eu une rencontre avec Ahmed Abou Al-Ghit, secrétaire général de la Ligue arabe.

]]>