Détail

La Tunisie met en garde contre les "graves conséquences de la légalisation de la colonisation dans les territoires arabes occupés

La Tunisie a mis en garde mardi contre les "graves conséquences" de la colonisation dans les territoires arabes occupés, affirmant que sa légalisation, sous quelque prétexte que ce soit, "est nulle du point de vue légale et improductive"

et constitue "une violation flagrante des conventions et normes internationales", de nature à détruire la base légale de tout règlement juste de la question palestinienne.

Dans une déclaration publiée mardi soir, le ministère des Affaires étrangères a estimé que la Tunisie met en garde contre une amplification de la tension, de la violence et de l'instabilité dans la région, la dissipation de tout espoir de parvenir à une paix juste, globale et réelle pour la cause palestinienne et l'encouragement des forces d'occupation à poursuivre la politique d'annexion des territoires palestiniens occupés et imposer une politique du fait accompli par la force militaire.
"La Tunisie réaffirme sa position de soutien indéfectible au peuple palestinien frère dans sa lutte pour restaurer tous ses droits légitimes sans limitation, en premier lieu l'établissement d'un Etat indépendant avec Al Qods pour capitale", souligne la déclaration.
Par ailleurs, le ministère des Affaires étrangères a affirmé que la Tunisie, qui croit à la justice pour la cause palestinienne, "n’épargnera aucun effort pour la défendre dans toutes les instances régionales et internationales et pour soutenir tous les efforts visant à trouver un règlement juste qui rétablisse les droits des Palestiniens et assure la sécurité, la stabilité et une paix durable dans la région".
A cet égard, la Tunisie a appelé la communauté internationale, en particulier les Nations Unies, à assumer leurs responsabilités juridiques et morales afin de respecter la Charte des Nations Unies, le droit international humanitaire et les résolutions de la légitimité internationale, et de rejeter toute position en contradiction avec les principes juridiques établis.
Le secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo a déclaré lundi que son pays ne considérait plus les colonies israéliennes dans les territoires occupés comme "contraires au droit international", alors que l'Union européenne considère toujours que les colonies de peuplement israéliennes dans les territoires palestiniens occupés sont illégales au regard du droit international et réduisent les chances d'une paix durable, selon les déclarations de ses responsables.
Lors de sa session mensuelle sur le Moyen-Orient, le Conseil de sécurité des Nations unies doit examiner mercredi la déclaration de Washington sur la "légitimité" des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie occupée.


Voir toutes les actualités Retour

Inscrivez-vous à notre
newsletter dés aujourd’hui